Archives Mensuelles: juin 2015

Les frères de sang

Ici ou ailleurs, nous vivons encore aujourd’hui les mêmes choses, sans nous connaître.

Il y a quelques décennies encore, lorsqu’un attentat avait lieu, nous vivions la douleur de façon nationale, de manière plus intime, plus confidentielle.

Aujourd’hui, force de réseaux sociaux, force de photographies, articles de presse, images choquantes, nous vivons tout en temps réel, comme au cœur de l’événement. Lire la suite

Publicités

Quand Jekyll tue Hyde

On l’entendait à peine. Voix enrouée. Enrayée plutôt. Prononciation incertaine. Normal après toutes ces années d’errance.

Ça m’a fait chaud au cœur, pourtant, d’entendre son murmure. Un peu comme la voix d’une personne qui aurait habité sous votre toit. Lire la suite

Voyages au bout de la Plume

Il était une fois l’histoire d’une fillette qui ne se sentait à sa place nulle part. Une peur étrange de tout. Du connu et ses mauvaises surprises, de l’inconnu et ses dangers. Une impression d’illégitimité à chaque endroit où elle posait un pied. Lire la suite

Bonne(s) Nouvelle(s) !

Bonjour à tous !

C’est avec grand plaisir et fierté également que j’annonce à ceux d’entre vous qui ne sont pas encore sur la page Facebook de Miss Plume (quoi? il y a encore des gens qui ne sont pas sur la page Facebook ?! Allez, on clique à droite et on rattrape cela ! ) que je fais partie du palmarès Lire la suite

Comme un animal sans défense

On les voit sans les voir. On s’y est habitués. C’est terrifiant de constater à quel point des événements, perdus dans le flot d’autres, réussissent à nous faire, parfois, oublier jusqu’à, même, notre humanité, notre capacité à ne plus s’interroger ou s’indigner. Je les vois depuis plusieurs mois, plusieurs semaines, dernièrement encore… un jour ou deux à peine.

On les laisse vagabonder. On les laisser errer. L’été arrive et c’est normal que le phénomène s’accentue, nous dit-on. Lire la suite

Vivre et laisser mourir

Vincent, on ne se connaît pas et il y a bien longtemps déjà que tu fais partie de mon quotidien sans même en avoir conscience, puisque toi, il y a bien longtemps que tu l’as perdue. On ne se connaîtra jamais. Mais ton sort m’importe. Lire la suite

Monsieur Charles

Ayant toujours estimé que mieux valait déclarer sa flamme de son vivant à tous les inutiles débordements des posthumes hommages, j’ai décidé, Monsieur Charles, de vous déclarer la mienne aujourd’hui. Lire la suite

Au-delà des apparences

On pourrait croire que c’est le fait de voir le soleil se refléter, les matins d’été, sur les murs et les façades et sentir la rosée.

On pourrait croire que c’est le fait de sentir l’odeur d’un café et de quelques croissants le matin agrémentés d’un sourire. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :