Lettre à Tonton

Cher lecteur,
Depuis le temps que nous partageons ici des textes, des émotions, des commentaires, j’ai le sentiment à présent que nous avons une certaine complicité ou, plus exactement, que je t’ai ouvert la porte de chez moi, de l’intime en quelque sorte. Tu fais partie de ma famille de cœur.
Aussi, aujourd’hui, en ce début décembre et à quelques jours de Noël, je me suis dit qu’il était normal de te faire partager jusqu’à mes correspondances, si tu le veux bien…

En ce 4 décembre, il est plus que temps pour moi de poster ma lettre à Tonton.
Tu te demandes qui c’est, avoue…. ! Non, pas de politique, pas d’hommage à Renaud non plus, mais juste ma façon à moi de percevoir un vieux bonhomme qu’on force tous les enfants à appeler Papa… Et, je ne sais pas pour vous, mais moi, un papa, j’en avais déjà un !
Alors à moins qu’on lance à grande échelle un test de paternité et qu’on découvre qu’un vieux finlandais a fait pire que DSK, peut-on m’expliquer pourquoi je l’appellerais Papa ??
J’ai donc choisi de régler mes comptes avec Tonton Noël. Parce que bon, c’est bien gentil cette histoire, mais encore une fois cette année, c’est lui qui va tirer toute la gloire aux alentours de minuit, mais c’est quand même moi qui me tape les courses en ce moment !! (avoue, lecteur, que tu viens de réagir que c’est pas faux et que tu y penseras samedi après-midi en plein boum aux caisses chez Auchan !!).

Bref, cette année, j’ai fait ma lettre pour lui dire deux trois choses et puis éventuellement en demander, s’il n’est pas trop rancunier…

« Cher Tonton Noël,
Oui, je sais, j’ai la trentaine… et quelques poussières et il est inhabituel pour toi de lire des lettres d’adultes, mais comme je ne t’ai jamais trop ennuyé avec des correspondances quand j’étais petite (tu te souviens, je marquais les jouets que je voulais sur la catalogue avec la croix pour que tu ne te trompes pas et d’ailleurs, on reviendra ultérieurement sur ce point-là….), je me suis dit cette année que j’allais venir te parler de deux ou trois choses.
Parce que là, Tonton, je trouve que toi et certains du même acabit auxquels on nous dit de croire, vous vous êtes plantés cette année. Mais alors, gravement.

Commençons par le commencement.
C’est quoi exactement ce début d’année 2015 qu’on nous a obligés à vivre, sitôt les fêtes 2014 passées ???? Tu peux me dire ce que toi et ton cousin ou je ne sais quel lien tu entretiens exactement avec lui, mais lui, on nous le fait appeler Dieu, vous avez voulu faire ? C’était quoi le concept ?
Parce que sincèrement, juste après la dinde, le champagne et la bûche, je ne suis pas certaine qu’on était franchement en phase avec des vœux à coups de kalachnikovs… Va falloir revoir la copie les p’tits gars. Alors, on nous bassine depuis qu’on est tout petits, que la période des fêtes, y a une trêve qui se fait, qu’on n’aura droit qu’à du dégoulinant de bons sentiments et de bons vœux de bonne année et là, paf. Des attentats.
Des dessinateurs qui tombent, des pauvres gens qui font leurs courses… Puis, comme d’un bien entendu, à un mois de Noël 2015, au moment où on se remet à croire au « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil »,, pour nous rappeler qu’on vivait plus dans un monde de petits lutins bienveillants, vous nous avez remis ça.

Non, franchement, difficile après ça de faire croire à des bons vieux bonshommes qui nous changeraient les idées, alors va falloir vous creuser les méninges les gars. Zou, au boulot. Sinon, les gens de la Terre et même les gosses, vont faire la grève des rêves et de la foi en l’avenir. Et quand y a des mouvements de grèves aussi énormes, je peux vous dire que les syndicats ne lâchent pas et vous pouvez aller chercher loin, dans vos vieux albums souvenirs, y a des déjà eu quelques petits exemples dans l’Histoire. Dis à ton cousin d’aller chercher à certaines dates comme 1789 ou entre 1939 et 1945…
On veut bien croire en vous, mais faudrait nous donner envie, non ?…

Bon, c’était un premier point collectif pour toi et tes 3 cousins que certains vénèrent, mais qui oublient de remercier leur public.
Suivant.

sapin cheminée

Tonton, j’ai été bien gentille cette année, bien élevée, correcte. Je me suis bien occupée de ma tribu en faisant des bons petits plats, des bisous, des câlins (j’en veux, tous les jours…. Lorie, si tu me lis …). J’ai fait tout ce que je pouvais pour sourire, même quand je ne voulais pas trop ou que le cœur n’y était pas. J’ai fait ce que je pouvais pour ne rien montrer.
Et voilà, bing. L’an dernier, je t’avais commandé tout plein de bonheur et la santé. Tu peux me dire ce que tu as foutu ??…
Parce que j’avais pas coché la fibromyalgie sur le catalogue, bizarrement.
Tu vois, tu ne respectes pas les consignes. Comme quand j’avais dix ans et que je voulais Barbie Rock Stars, parce que moi, j’aimais déjà le rock et les stars… Et que tu m’as emmené Barbie princesse et son carrosse… WTF, Tonton ? Je voulais une rock Star toute habillée de fluo moi, pas la Princesse Diana ! Bon, je ferme cette petite parenthèse, mais fallait que je le dise !!! Je l’avais sur le cœur depuis trente dix ans.

Je disais donc, j’avais coché « en bonne santé » dans le catalogue de Noël 2014 et tu t’es encore trompé… Maintenant, je suis bien tiens ! Entre mes douleurs et ma patte qui trainaille… Alors, tu me fais pas encore un coup pendable à ce Noël-ci, sinon je te garantis que je prends un aller simple pour ton village finlandais et que je te casse ton dentier ! Compris ?

Bon, Tonton, dernier truc. En réalité, même si je grogne (j’ai le droit, je suis une fille et en plus, je suis française… deux bonnes excuses pour râler tout le temps), au fond, je t’aime beaucoup. Tu as, dans l’ensemble, toujours été plutôt gentil avec moi, surtout quand j’étais petite et que mes yeux brillaient de voir les cadeaux devant la cheminée familiale et chez Cathy (tiens, dis à ton cousin de l’embrasser pour moi au passage).

Puis, j’avoue que tu te débrouilles plutôt pas mal depuis que j’ai mes deux amours et que l’évocation simple de ton nom leur donne une vraie pêche. Et pourtant, eux non plus parfois, vu le monde qui les entoure, n’ont pas toujours le cœur à rire. Même lorsque je leur fais des grimaces, ça arrive à ne pas marcher, imagine ….
Alors, stp, Tonton, cette année, je ne te commande rien ou, plutôt, je te commande un très très gros truc (attention, Concours Miss France en préparation) : est ce que tu pourrais nous filer un peu de paix ? Parce qu’en ce moment, on a franchement du mal, y a rupture de stock dans les grandes surfaces du monde et je commence à m’inquiéter et à me demander si la World Company l’a remise en production…
Alors, si toi et tes cousins, vous pouviez vous accorder pour acheter des parts, on veut bien tous être actionnaires.

Je sais que parfois, je ne suis pas exemplaire. J’ai tous les défauts. Je grogne, je fume, je bois à l’occasion (5 fruits et légumes par jour, mais juste en raisins et houblon, je reste Bio !), je dois bien parfois blesser des gens, mais c’est toujours sans le vouloir et je sais demander pardon. Tu vois, je fais plein d’efforts quand même, Tonton.
Alors, voilà, pas de cadeaux pour moi, je m’en fiche. Juste un vœu et si tu pouvais me donner une suite favorable, je te promets que l’an prochain, je veux bien aller faire des paquets cadeaux pour les Scouts de France (Si, ça, c’est pas du sacrifice !).

Allez, Tonton, c’est sans rancune j’espère. Barbie Princesse et le carrosse, je les ai bien aimés aussi en fin de compte et puis, j’ai une petite nièce qui a su aussi s’en amuser après moi, alors je ne t’en veux pas.
Puis, avec ton grand âge, t’as le droit aussi de mal lire, alors je te pardonne pour la fibro… On ne peut pas tout contrôler…

Je compte sur toi pour nous donner en tout cas encore un peu de rêves, d’espoir, de vie. Je sais qu’il n’est pas plus rationnel de croire en toi qu’en tes cousins, mais je ne saurais te dire le pourquoi, en Toi, j’ai envie de croire toujours, parce que tu es une belle invention humaine au milieu de tout ce carnage.
Parce que les yeux des petits et des grands s’illuminent devant une belle table, des petites attentions qu’on oublie parfois dans nos folles vies de l’année.
Continue ton œuvre, Tonton Noël. Puis tiens, vu que tu me connais depuis que je suis toute petite et que tu connais mes goûts, mes envies et que tu me gâtes, après tout, pourquoi tu ne serais pas un second Papa… Allez, pour cette fois, je vais te le dire et t’envoyer toute ma tendresse, Papa Noël.

La petite fille devenue grande qui voulait t’écrire,
Sandrine dite …….Signature Miss Plume

 

Publicités

Publié le 4 décembre 2015, dans Les bonheurs, Les réflexions, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 10 Commentaires.

  1. Votre lettre est amusante et attendrissante !

    J'aime

  2. J’adore ta lettre ! Elle est très juste … Et si tonton Noël pouvait t’écouter sur 2 – 3 bricoles, j’irai aussi aider les scouts l’année prochaine (c’est dire !) …

    Aimé par 1 personne

    • Bon, on va le surveiller Tonton cette année, il n’a pas le droit à l’erreur… Sinon, je compte sur toi pour venir mettre de jolis noeuds-noeuds l’an prochain ! Attention, je prends les noms!! 😀 Bises et merci Catwoman !

      J'aime

  3. Je crois que si Tonton ne se plante pas (deux années de suite ce serait bizarre!), ils ne vont plus savoir où donner de la tête les Scouts…
    C’est vrai que pour 2015 il n’a pas forcé son talent. C’est bien pour ça qu’il est nécessaire parfois de remettre les pendules à l’heure (en douceur tu sais si bien le faire ma belle)
    Grosses bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :